Jean-Louis Fournel, “Penser la politique dans la guerre à Florence (1494-1540)” : Exemplier

 

 jeudi 11 avril 2019 « Penser la politique dans la guerre à Florence (1494-1540) »

Bibliothèque de la Sorbonne Séminaire – « La Renaissance, parlons-en »

 

EXEMPLIER

 (toutes les traductions sont de Jean-Louis Fournel et/ou Jean-Claude Zancarini)

 

  1. Première mission de Machiavel en France (1500) dépêche datée du 27 août 1500 (voir Niccolò Machiavelli, Opere, éd. Corrado Vivanti, Turin, Einaudi, t. II, p. 546-548) Lettre à la Signoria :« « ils [les Français] sont aveuglés par leur puissance et par l’utilité présente et ils estiment seulement ceux qui sont armés ou ceux qui sont prêts à donner » et de ce fait « ils estiment que vous comptez pro nichilo [pour rien] »

 

  1. Lettre de Machiavel à Francesco Guicciardini 3 janvier 1526 « Du plus loin que je me souvienne soit on a fait la guerre soit on en a parlé »

 

  1. Francesco Guicciardini Storie fiorentine (1508) : « avec la venue du roi Charles était entrée en Italie une flamme et une peste qui non seulement changea les États mais les façons de les gouverner et les façons de faire la guerre »

 

  1. Lettre du 26 novembre 1502 : « celui qui est bien armé, et avec des armes propres fait toujours les mêmes effets, partout où il se tourne »

Lettre du 13 novembre 1502 : « [ils] lui ont fait un signe apte à le rendre sage s’il ne l’était pas ; et ils lui ont montré qu’il devait plutôt penser à maintenir ce qu’il a acquis qu’à acquérir davantage. Et la façon de maintenir, c’est être armé de ses armes, flatter ses sujets et se faire des amis de ses voisins ; et c’est là son dessein… »

 

  1. Paroles à dire pour la provision des deniers (mars 1503 : Parole da dire sulla provvisione del danaio) : « Toutes les cités qui, en quelque temps que ce soit, ont été gouvernées par un prince absolu, des optimates ou le peuple, comme se gouverne celle-ci, ont eu pour défense les forces mêlées à la prudence […] et ceux qui ont observé les mutations des royaumes, les ruines des provinces et des cités, ne les ont vu être causées par rien d’autre que par le manque des armes ou de la raison

 

  1. Decennale primo 1504 (fin du poème didactique) : “sarebbe il cammin facil e corto / se voi el tempio riaprissi a Marte”

 

  1. Un des principes de base du droit romain énoncé dès les premières lignes de la préface des Institutiones de Justinien (Imperatoriam maiestatem non solum armis decoratam sed etiam legibus oportet esse armatam, ut utrumque tempus, et bellorum et pacis, recte possit gubernari. « Il importe que la majesté impériale soit non seulement décorée d’armes mais aussi armée de lois afin que dans les deux temps, celui des guerres et celui de la paix, elle puisse être gouverné droitement. » est repris dans les textes de Machiavel sur l’ordinanza (provvisione de décembre 1506 : « les républiques et les états qui, par le passé, se sont maintenus et développés ont toujours eu pour premier fondement la justice et les armes ») et au début du chapitre XII du Prince (1513 “Les principaux fondements que doivent avoir tous les États, les vieux comme les nouveaux ou les mixtes, sont les bonnes lois et les bonnes armes (…) et puisqu’il ne peut y avoir de bonnes lois là où il n’y a pas de bonnes armes, et que là où il y a de bonnes armes il faut bien qu’il y ait de bonnes lois, je laisserai de côté les propos sur les lois et je parlerai des armes”)

 

  1. Machiavel Prince chap XIII, 11 « Je ne craindrai jamais d’alléguer Cesare Borgia et ses actions. Ce duc entra en Romagne avec des armes auxiliaires en n’y menant que des gens d’armes français, et, avec celles-ci, il prit Imola et Forlì. Mais comme, par la suite, de telles armes ne lui parurent pas sûres, il se tourna vers les armes mercenaires, estimant qu’il y avait là moins de danger ; et il prit à sa solde les Orsini et les Vitelli ; puis, trouvant qu’à les employer elles étaient incertaines, infidèles et dangereuses, il les anéantit, et se tourna vers ses propres armes.

 

  1. Prince, XII, 26: « de ces armes [les mercenaires] naissent seulement les lentes, tardives et faibles acquisitions, les soudaines et miraculeuses défaites » (da queste arme nascono solo e lenti, tardi e deboli acquisti e le subite e miracolose perdite) ; Discours, II, 30 : « on voit encore à cause de cela chaque jour de miraculeuses défaites et de miraculeuses acquisitions » (Vedesi ancora, per questo, ogni dì, miracolose perdite e miracolosi acquisti) Art de la guerre, VII : « De là naquirent, en 1494, les grandes épouvantes, les soudaines fuites et les miraculeuses défaites » (Di qui nacquero poi nel mille quattrocento novantaquattro i grandi spaventi, le subite fughe e le miracolose perdite).

 

  1. Prince, XIII, 27 : « Les armes propres sont celles qui sont composées de tes sujets ou de tes citoyens ou de tes créatures : toutes les autres sont soit mercenaires soit auxiliaires »

 

  1. Prince XIV, 7: « [le prince] Debbe pertanto mai levare il pensiero da questo exercizio della guerra; e nella pace vi si deb be più exercitare che nella guerra, il che può fare in dua modi: l’uno, con le opere; l’altro, con la mente»

 

  1. Prince XIX : les soldats comme « troisième humeur » (en sus du peuple et des Grands)

 

  1. Prince, XXVI, 20 Injonction énoncée pour le rédempteur de l’Italie invoqué dans le dernier chapitre du Prince  : « il est nécessaire avant toute autre chose, comme vrai fondement de toute entreprise, de se pourvoir d’armes propres car on ne peut avoir de plus fidèles, ni de plus vrais, ni de meilleurs soldats »

 

  1. Prince, XXVI éloge de l’“ordre tiers” de l’infanterie (italienne), capable de résister aux infanteries espagnoles et allemandes (ou suisses) : « Il est, de ce fait, nécessaire de se préparer à ces armes pour pouvoir, avec la vertu italique, se défendre des étrangers. Et bien que les infanteries suisses et espagnoles soient estimées terribles, néanmoins il y a dans chacune d’entre elles un défaut qui permettrait à un ordre tiers non seulement de s’opposer à elles, mais d’être confiant et sûr de prendre le dessus »

 

  1. Discours I, 6 «credo ch’e’ sia necessario seguire l’ordine romano, e non quello dell’altre republiche»

 

  1. Discours I, 11 : « si l’on considère bien les histoires romaines, on voit combien la religion servait pour commander les armées, animer la plèbe, maintenir bons les hommes, inspirer de la honte aux méchants » ; « si l’on devait débattre pour savoir envers lequel des deux princes, Romulus ou Numa, Rome était le plus obligée, je crois que ce serait plutôt Numa qui obtiendrait la première place ; car là où il y a la religion on peut facilement introduire les armes, et là où il y a les armes et pas de religion, on peut difficilement le faire ».

 

  1. Discours II, 1 : « si l’on n’a jamais trouvé de république qui ait obtenu les mêmes succès que Rome, c’est parce qu’on n’a jamais trouvé de république aussi bien ordonnée qu’elle pour faire des conquêtes »

 

  1. Machiavel, Prologue Art de la guerre: Beaucoup pensent, écrit Machiavel « qu’aucune chose n’a moins de rapport (convenienza) avec une autre, ni ne soit plus dissemblable, que la vie civile et la vie militaire » (Adg, Proemio, 1),  « Mais si l’on considérait les ordres antiques, on ne trouverait aucunes choses qui soient plus unies, plus conformes et qui s’aiment l’une et l’autre par nécessité plus que ces deux là… » (Adg, Proemio, 3) ; « tous les ordres fait dans un vivre civil (civilità) pour vivre en craignant les lois et Dieu seraient vains si leurs défenses n’étaient pas préparées ; et celles-ci, bien ordonnées, maintiennent ceux-là même s’ils ne sont pas bien ordonnés » [Adg, Proemio, 3] ; « les ordres bons, sans l’aide militaire, se désordonnent de la même façon que les appartements d’un palais superbe et royal, fussent-ils ornés de joyaux et d’or, lorsque, n’ayant pas été couverts, ils n’ont rien qui les défende de la pluie » [Adg, Proemio, 4)

 

  1. , I, 108-109 : « Et puisque vous avez allégué mon cas, je veux donner mon exemple ; et je dis que je n’ai jamais usé de la guerre comme d’un art, parce que mon art c’est gouverner mes sujets et les défendre et, pour pouvoir les défendre, aimer la paix et savoir faire la guerre. Et mon roi ne me récompense et ne m’estime pas tant parce que je m’entends à la guerre que parce que je sais aussi le conseiller dans la paix ».

 

  1. Histoires florentines : évoque les guerres du XVe siècle “dans lesquelles les hommes ne se tuent pas, les villes ne sont pas mises à sac, les principats ne sont pas détruits : car ces guerres en sont venues à un tel état de faiblesse qu’on s’y engage sans peur, qu’on les mène sans danger et qu’on les conclut sans dommage » (V i 10)

 

  1. Guicciardini, Ricordi / Avertissements politiques C 64 (1530) : “Avant 1494, les guerres étaient longues, les batailles n’étaient pas sanglantes et les façons d’emporter les villes étaient lentes et difficiles ; et même si les artilleries étaient déjà utilisées elles étaient employées avec tellement peu d’habileté qu’elles ne blessaient guère ; de sorte qu’il était presque impossible que quelqu’un qui tenait un état le perdît. Les Français vinrent en Italie et ils introduisirent dans les guerres une telle vivacité que jusqu’en 21 [1521] une fois perdue la campagne, on avait perdu l’Etat (…).»

 

  1. Ibid., C205 : “ J’ai eu par deux fois une très grande autorité dans les armées lors d’entreprises très importantes : et, dans les faits, j’en ai tiré ce constat que s’il est vrai ce que l’ont dit de l’antique milice, la nôtre n’est qu’une ombre en comparaison de celle-là. Les capitaines modernes n’ont aucune vertu, aucune industrie, ils procèdent sans art, sans stratagème, comme s’ils marchaient à pas lents sur une grand-route. De sorte que ce n’est pas hors de propos que je dis à Prospero Colonna, capitaine dans la première de ces entreprises, lequel me disait que je n’avais jamais été à la guerre, que j’étais au regret de lui dire que dans celle-ci également je n’avais rien appris”

 

  1. Guicciardini, Histoire d’italie (1536-1540) I, 9 évoque les « nouvelles et sanglantes façons de guerroyer – nuovi e sanguinosi modi di guerreggiare»

 

  1. Ibid. , I, 14 à propos du massacre pour l’exemple de Fivizzano avant l’arrivée à Florence de l’armée française : “chose nouvelle qui effraya grandement toute l’Italie laquelle était depuis longtemps habituée à voir les guerres belles par leur pompe et leur apparat et presque semblables à des spectacles, plutôt que dangereuses et sanglantes”

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.