Présentation de Catherine Kikuchi (séance du 23 mai, “Papetiers, imprimeurs et libraires : les réseaux de la production du livre en Italie”)

Catherine Rideau-Kikuchi est historienne médiéviste, maitresse de conférence à l’Université Versailles Saint-Quentin. Elle travaille sur l’histoire économique et sociale des débuts de l’imprimerie en Europe, et plus spécifiquement en Italie. Sa thèse portait sur le monde du livre à Venise entre 1469 et 1530 et visait à étudier le développement de cette nouvelle industrie dans la ville qui devient au bout de quelques années la première productrice de livres imprimés en Europe. La nouvelle activité, implantée ex nihilo et hors du contexte corporatiste, a bénéficié d’un contexte commercial favorable et de la présence de nombreux étrangers en son sein. Ceux-ci ont apporté des capitaux et des compétences, ont permis l’élargissement des réseaux commerciaux des libraires ainsi que la diversification des livres publiés à Venise. Ce travail a été publié sous le titre La Venise des livres 1469-1530 chez Champ Vallon en 2018.

Membre de l’École française de Rome en 2017-2018, Catherine Rideau-Kikuchi a élargi son champ d’études en travaillant dans les archives de Brescia, Modène, Milan et Trévise pour analyser les circulations d’acteurs et de livres entre ces différents pôles de l’imprimerie italienne. Enfin, elle s’intéresse également à la manière dont les imprimeurs et libraires ont mis en œuvre des stratégies éditoriales pour des publics spécifiques, en étudiant conjointement leurs réseaux commerciaux, les acteurs intellectuels impliqués, les titres et la forme des éditions publiées. En alliant une approche d’histoire économique et sociale et une approche d’histoire du livre, il s’agit de mieux comprendre les débuts de la nouvelle industrie culturelle en Europe.

Catherine Rideau-Kikuchi est impliquée dans des activités de diffusion de la recherche, ayant été membre fondatrice du collectif Actuel Moyen Âge. Elle est également membre du comité éditorial des Annales.

Principaux articles publiés :

Séance du jeudi 23 mai 2019

La prochaine séance du cycle « La Renaissance, parlons-en » aura lieu le jeudi 23 mai dans la salle de formation de la BIS, de 17h à 19h. Nous aurons le plaisir d’écouter :
Catherine Kikuchi (Université Versailles Saint-Quentin)
Papetiers, imprimeurs et libraires : les réseaux de la production du livre en Italie
Les auditeurs ne possédant pas de carte de lecteur de la BIS sont priés de s’inscrire àl’avance à l’adresse suivante : Thierry.Amalou[at]univ-paris1.fr

Jean-Louis Fournel, “Penser la politique dans la guerre à Florence (1494-1540)” : Exemplier

 

 jeudi 11 avril 2019 « Penser la politique dans la guerre à Florence (1494-1540) »

Bibliothèque de la Sorbonne Séminaire – « La Renaissance, parlons-en »

 

EXEMPLIER

 (toutes les traductions sont de Jean-Louis Fournel et/ou Jean-Claude Zancarini)

 

  1. Première mission de Machiavel en France (1500) dépêche datée du 27 août 1500 (voir Niccolò Machiavelli, Opere, éd. Corrado Vivanti, Turin, Einaudi, t. II, p. 546-548) Lettre à la Signoria :« « ils [les Français] sont aveuglés par leur puissance et par l’utilité présente et ils estiment seulement ceux qui sont armés ou ceux qui sont prêts à donner » et de ce fait « ils estiment que vous comptez pro nichilo [pour rien] »

 

  1. Lettre de Machiavel à Francesco Guicciardini 3 janvier 1526 « Du plus loin que je me souvienne soit on a fait la guerre soit on en a parlé »

 

  1. Francesco Guicciardini Storie fiorentine (1508) : « avec la venue du roi Charles était entrée en Italie une flamme et une peste qui non seulement changea les États mais les façons de les gouverner et les façons de faire la guerre »

 

  1. Lettre du 26 novembre 1502 : « celui qui est bien armé, et avec des armes propres fait toujours les mêmes effets, partout où il se tourne »

Lettre du 13 novembre 1502 : « [ils] lui ont fait un signe apte à le rendre sage s’il ne l’était pas ; et ils lui ont montré qu’il devait plutôt penser à maintenir ce qu’il a acquis qu’à acquérir davantage. Et la façon de maintenir, c’est être armé de ses armes, flatter ses sujets et se faire des amis de ses voisins ; et c’est là son dessein… »

 

  1. Paroles à dire pour la provision des deniers (mars 1503 : Parole da dire sulla provvisione del danaio) : « Toutes les cités qui, en quelque temps que ce soit, ont été gouvernées par un prince absolu, des optimates ou le peuple, comme se gouverne celle-ci, ont eu pour défense les forces mêlées à la prudence […] et ceux qui ont observé les mutations des royaumes, les ruines des provinces et des cités, ne les ont vu être causées par rien d’autre que par le manque des armes ou de la raison

 

  1. Decennale primo 1504 (fin du poème didactique) : “sarebbe il cammin facil e corto / se voi el tempio riaprissi a Marte”

 

  1. Un des principes de base du droit romain énoncé dès les premières lignes de la préface des Institutiones de Justinien (Imperatoriam maiestatem non solum armis decoratam sed etiam legibus oportet esse armatam, ut utrumque tempus, et bellorum et pacis, recte possit gubernari. « Il importe que la majesté impériale soit non seulement décorée d’armes mais aussi armée de lois afin que dans les deux temps, celui des guerres et celui de la paix, elle puisse être gouverné droitement. » est repris dans les textes de Machiavel sur l’ordinanza (provvisione de décembre 1506 : « les républiques et les états qui, par le passé, se sont maintenus et développés ont toujours eu pour premier fondement la justice et les armes ») et au début du chapitre XII du Prince (1513 “Les principaux fondements que doivent avoir tous les États, les vieux comme les nouveaux ou les mixtes, sont les bonnes lois et les bonnes armes (…) et puisqu’il ne peut y avoir de bonnes lois là où il n’y a pas de bonnes armes, et que là où il y a de bonnes armes il faut bien qu’il y ait de bonnes lois, je laisserai de côté les propos sur les lois et je parlerai des armes”)

 

  1. Machiavel Prince chap XIII, 11 « Je ne craindrai jamais d’alléguer Cesare Borgia et ses actions. Ce duc entra en Romagne avec des armes auxiliaires en n’y menant que des gens d’armes français, et, avec celles-ci, il prit Imola et Forlì. Mais comme, par la suite, de telles armes ne lui parurent pas sûres, il se tourna vers les armes mercenaires, estimant qu’il y avait là moins de danger ; et il prit à sa solde les Orsini et les Vitelli ; puis, trouvant qu’à les employer elles étaient incertaines, infidèles et dangereuses, il les anéantit, et se tourna vers ses propres armes.

 

  1. Prince, XII, 26: « de ces armes [les mercenaires] naissent seulement les lentes, tardives et faibles acquisitions, les soudaines et miraculeuses défaites » (da queste arme nascono solo e lenti, tardi e deboli acquisti e le subite e miracolose perdite) ; Discours, II, 30 : « on voit encore à cause de cela chaque jour de miraculeuses défaites et de miraculeuses acquisitions » (Vedesi ancora, per questo, ogni dì, miracolose perdite e miracolosi acquisti) Art de la guerre, VII : « De là naquirent, en 1494, les grandes épouvantes, les soudaines fuites et les miraculeuses défaites » (Di qui nacquero poi nel mille quattrocento novantaquattro i grandi spaventi, le subite fughe e le miracolose perdite).

 

  1. Prince, XIII, 27 : « Les armes propres sont celles qui sont composées de tes sujets ou de tes citoyens ou de tes créatures : toutes les autres sont soit mercenaires soit auxiliaires »

 

  1. Prince XIV, 7: « [le prince] Debbe pertanto mai levare il pensiero da questo exercizio della guerra; e nella pace vi si deb be più exercitare che nella guerra, il che può fare in dua modi: l’uno, con le opere; l’altro, con la mente»

 

  1. Prince XIX : les soldats comme « troisième humeur » (en sus du peuple et des Grands)

 

  1. Prince, XXVI, 20 Injonction énoncée pour le rédempteur de l’Italie invoqué dans le dernier chapitre du Prince  : « il est nécessaire avant toute autre chose, comme vrai fondement de toute entreprise, de se pourvoir d’armes propres car on ne peut avoir de plus fidèles, ni de plus vrais, ni de meilleurs soldats »

 

  1. Prince, XXVI éloge de l’“ordre tiers” de l’infanterie (italienne), capable de résister aux infanteries espagnoles et allemandes (ou suisses) : « Il est, de ce fait, nécessaire de se préparer à ces armes pour pouvoir, avec la vertu italique, se défendre des étrangers. Et bien que les infanteries suisses et espagnoles soient estimées terribles, néanmoins il y a dans chacune d’entre elles un défaut qui permettrait à un ordre tiers non seulement de s’opposer à elles, mais d’être confiant et sûr de prendre le dessus »

 

  1. Discours I, 6 «credo ch’e’ sia necessario seguire l’ordine romano, e non quello dell’altre republiche»

 

  1. Discours I, 11 : « si l’on considère bien les histoires romaines, on voit combien la religion servait pour commander les armées, animer la plèbe, maintenir bons les hommes, inspirer de la honte aux méchants » ; « si l’on devait débattre pour savoir envers lequel des deux princes, Romulus ou Numa, Rome était le plus obligée, je crois que ce serait plutôt Numa qui obtiendrait la première place ; car là où il y a la religion on peut facilement introduire les armes, et là où il y a les armes et pas de religion, on peut difficilement le faire ».

 

  1. Discours II, 1 : « si l’on n’a jamais trouvé de république qui ait obtenu les mêmes succès que Rome, c’est parce qu’on n’a jamais trouvé de république aussi bien ordonnée qu’elle pour faire des conquêtes »

 

  1. Machiavel, Prologue Art de la guerre: Beaucoup pensent, écrit Machiavel « qu’aucune chose n’a moins de rapport (convenienza) avec une autre, ni ne soit plus dissemblable, que la vie civile et la vie militaire » (Adg, Proemio, 1),  « Mais si l’on considérait les ordres antiques, on ne trouverait aucunes choses qui soient plus unies, plus conformes et qui s’aiment l’une et l’autre par nécessité plus que ces deux là… » (Adg, Proemio, 3) ; « tous les ordres fait dans un vivre civil (civilità) pour vivre en craignant les lois et Dieu seraient vains si leurs défenses n’étaient pas préparées ; et celles-ci, bien ordonnées, maintiennent ceux-là même s’ils ne sont pas bien ordonnés » [Adg, Proemio, 3] ; « les ordres bons, sans l’aide militaire, se désordonnent de la même façon que les appartements d’un palais superbe et royal, fussent-ils ornés de joyaux et d’or, lorsque, n’ayant pas été couverts, ils n’ont rien qui les défende de la pluie » [Adg, Proemio, 4)

 

  1. , I, 108-109 : « Et puisque vous avez allégué mon cas, je veux donner mon exemple ; et je dis que je n’ai jamais usé de la guerre comme d’un art, parce que mon art c’est gouverner mes sujets et les défendre et, pour pouvoir les défendre, aimer la paix et savoir faire la guerre. Et mon roi ne me récompense et ne m’estime pas tant parce que je m’entends à la guerre que parce que je sais aussi le conseiller dans la paix ».

 

  1. Histoires florentines : évoque les guerres du XVe siècle “dans lesquelles les hommes ne se tuent pas, les villes ne sont pas mises à sac, les principats ne sont pas détruits : car ces guerres en sont venues à un tel état de faiblesse qu’on s’y engage sans peur, qu’on les mène sans danger et qu’on les conclut sans dommage » (V i 10)

 

  1. Guicciardini, Ricordi / Avertissements politiques C 64 (1530) : “Avant 1494, les guerres étaient longues, les batailles n’étaient pas sanglantes et les façons d’emporter les villes étaient lentes et difficiles ; et même si les artilleries étaient déjà utilisées elles étaient employées avec tellement peu d’habileté qu’elles ne blessaient guère ; de sorte qu’il était presque impossible que quelqu’un qui tenait un état le perdît. Les Français vinrent en Italie et ils introduisirent dans les guerres une telle vivacité que jusqu’en 21 [1521] une fois perdue la campagne, on avait perdu l’Etat (…).»

 

  1. Ibid., C205 : “ J’ai eu par deux fois une très grande autorité dans les armées lors d’entreprises très importantes : et, dans les faits, j’en ai tiré ce constat que s’il est vrai ce que l’ont dit de l’antique milice, la nôtre n’est qu’une ombre en comparaison de celle-là. Les capitaines modernes n’ont aucune vertu, aucune industrie, ils procèdent sans art, sans stratagème, comme s’ils marchaient à pas lents sur une grand-route. De sorte que ce n’est pas hors de propos que je dis à Prospero Colonna, capitaine dans la première de ces entreprises, lequel me disait que je n’avais jamais été à la guerre, que j’étais au regret de lui dire que dans celle-ci également je n’avais rien appris”

 

  1. Guicciardini, Histoire d’italie (1536-1540) I, 9 évoque les « nouvelles et sanglantes façons de guerroyer – nuovi e sanguinosi modi di guerreggiare»

 

  1. Ibid. , I, 14 à propos du massacre pour l’exemple de Fivizzano avant l’arrivée à Florence de l’armée française : “chose nouvelle qui effraya grandement toute l’Italie laquelle était depuis longtemps habituée à voir les guerres belles par leur pompe et leur apparat et presque semblables à des spectacles, plutôt que dangereuses et sanglantes”

 

 

Prochaine séance, le 11 avril

La prochaine séance du cycle « La Renaissance, parlons-en » aura lieu le jeudi 11 avril dans la salle de formation de la BIS, de 17h à 19h. Nous aurons le plaisir d’écouter :
 
Jean-Louis Fournel (Université Paris-8 )
 
 Penser la politique dans la guerre à Florence
 
Les auditeurs ne possédant pas de carte de lecteur de la BIS sont priés de s’inscrire àl’avance à l’adresse suivante : Thierry.Amalou[at]univ-paris1.fr

Journée d’études, 21 mars 2019, “Gloire à la folie d’Erasme”

À l’occasion de la nouvelle édition bilingue entièrement renouvelée, publiée par Jean-Christophe Saladin aux Belles-Lettres, la prochaine séance donnera lieu à une journée d’études, le 21 mars 2019, à la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne.

 

Ateliers et une conférence

  • 13h, Atelier sur la traduction « Vingtième tentative de traduction de l’Éloge de la Folie » animé par Danielle Sonnier,
  • 15h, Atelier sur Érasme et la scolastique « La polémique antiscolastique de la Folie est-elle plus qu’une posture littéraire ? » avec Alain Boureau,
  • 17h, Conférence La Folie d’Érasme expliquée par elle-même, par Jean-Christophe Saladin

Lieu  : BIS, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e – salle de formation
Inscription  : communication@bis-sorbonne hors lecteurs de la BIS.

La soirée se poursuit à 19h autour de deux concours récompensés chacun par un prix du jury et un prix du public.

Concours d’Arts graphiques

  • Sujet libre : une phrase de L’Éloge de la Folie au choix du concurrent
  • Sujet imposé (1 sujet au choix) : La Folie en chaire (exorde) / L’extase mystique (chap. 67)

Dépôt des œuvres : avant le 15 mars. Les œuvres primées seront exposées à la BIS.

Concours de déclamation

  • Texte imposé : l’exorde de L’Éloge de la Folie (chap. 1)
  • Deux catégories : latin / français (traduction au choix de l’orateur)

Inscriptions et renseignements en ligne sur le site : culture-sorbonne

Résumé de la conférence de Pascale Dubus et bibliographie

Pascale Dubus

Le retour à l’antique dans la peinture italienne de la Renaissance

Résumé

On connaît le rôle fondamental joué par le retour aux sources classiques dans la culture italienne dès le XIVe siècle dans la littérature, la poésie, et la philosophie. Comment le goût pour l’antique a-t-il contribué au renouvellement des arts « mécaniques », et plus particulièrement de la peinture italienne à la Renaissance ? Afin d’apporter quelques éléments de réponse, trois axes serviront de fil conducteur : la question de la filiation et de la tradition « nationale » en Italie, l’assimilation du peintre moderne aux héros de la peinture antique, et l’utilisation des modèles gréco-romains en peinture. Ces trois axes n’épuisent pas le sujet, mais permettront d’ouvrir la discussion sur les différents usages du modèle antique et l’éclosion de l’art « moderne ».

Sources antiques et modernes

Alberti, Leon Battista, De Pictura  (1435-1436) ; première édition latine, Thomas Gechauf,  De Pictura praestantissima (…), Bâle, Bartholomaeus Westheimer, 1540 ; traduction italienne depuis l’édition latine, Lodovico Domenichi, La pittura, Venezia, Gabriel Giolito de Ferrari, 1547 ; texte latin et traduction française,  De la peinture,  trad. Jean-Louis Schefer,  Paris, Macula, 1993 ; texte latin, traduction française, version italienne, Thomas Golsenne et Bertrand Prévost, La peinture, Paris, Seuil, 2004.

 

Armenini, Giovanni Battista, De’ veri precetti della pittura di M. Gio. Battista Armenini da Faenza libri tre, Ravenna, Francesco Tebaldini, 1586.

 

Pline l’Ancien, Historia naturale di C. Plinio Secondo, tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino, Venezia,  N. Janson, 1476 ; Historia naturale di C. Plinio Secondo di latino in volgare tradotta per Christophoro Landino, et nuovamente in molti luoghi, dove quella mancava, supplito, et da infiniti errori emendata, et con somma diligenza corretta per Antonio Brucioli, Venezia, Gabriel Giolito Di Ferrarii, 1543 ; traduction française Jean-Michel Croisille, Histoire Naturelle, XXXV, Paris, Les Belles Lettres, 1985.

 

Reinach, Salomon, Milliet, Paul, Reinach, Adolphe, Recueil Millet : textes grecs et latins relatifs à l’histoire de la peinture antique, 1921 ; éd. utilisée, La Peinture ancienne, Paris, Macula, 1985.

 

Vasari, Giorgio, Le vite de più eccelenti pittori scultori  ed  archittetori,  Firenze, Giunti, 1568, 3 vol. ; éd. utilisée Rosanna Bettarini et Paola Barocchi, Vite de’ più eccellenti pittori scultori e architettori, 1550 e 1568, Firenze, S.P.E.S., 1966-1987, 6 volumes ; traduction française sous la direction d’André Chastel, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes,  Paris, Berger-Levrault, 1981-1989, 12 vol.

 

Essais

Bober, Phyllis, Rubinstein, Ruth, Woodford, Susan, Renaissance Artists & Antique Sculpture : A Handbook of Sources, Oxford University Press, 1985 ; 2ème édition révisée, London, Harvey Miller Publishers, 2010.

 

Haskell, Francis, Penny Nicholas, Taste and the Antique, London, 1981 ; trad. franç., Pour l’amour de l’antique: la statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, Paris, Gallimard, 1988.

 

Meltzoff, Stanley, Botticelli, Signorelli and Savonarola. 
« Theologia poetica » and painting from Boccaccio to Poliziano, Firenze, Olschki, 1987.

 

Schlitt, Melinda, « “Anticamente Moderna et Modernamente Antica”: Imitation and the Ideal in 16th-Century Italian Painting », International Journal of the Classical Tradition, Vol. 10, 2004, n°3-4, p. 377-406.

 

 

 

Présentation de Pascale Dubus (7 février, “Le retour à l’antique dans la peinture italienne de la Renaissance”)

Pascale Dubus est maître de conférences HDR à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne où elle enseigne l’histoire de l’art moderne. Spécialiste de la théorie de l’art et de la peinture italienne de la Renaissance, elle a publié une monographie sur le peintre siennois Domenico Beccafumi (Paris, Adam Biro, traduit en anglais par Vilo International, 1999), un essai sur le genre du portrait, Qu’est-ce qu’un portrait ? (Paris, Vilo, 2006), et un ouvrage sur la figuration de la mort dans la littérature artistique de la Renaissance, L’Art et la mort (Paris, CNRS, 2006). Elle a traduit et édité en version bilingue le Dialogo di pittura de Paolo Pino de 1548 (Paris, Champion, 2011). Elle est coéditrice des Actes du colloque de 2011 sur la Réception des Vite de Giorgio Vasari dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles (Genève, Droz, 2016), et achève actuellement la rédaction d’un ouvrage sur la peinture de tempête au Cinquecento, à paraître aux éditions Droz.

Prochaine séance, le 7 février

La prochaine séance du cycle « La Renaissance, parlons-en » aura lieu le jeudi 7 février dans la salle de formation de la BIS, de 17h à 19h. Nous aurons le plaisir d’écouter :
 
Pascale Dubus (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne)
 
 Le retour à l’antique dans la peinture italienne de la Renaissance 

Les auditeurs ne possédant pas de carte de lecteur de la BIS sont priés de s’inscrire àl’avance à l’adresse suivante : Thierry.Amalou[at]univ-paris1.fr