Présentation de Gaëlle Demelemeste (22 mars 2018, « Philosophie et droit chez les humanistes »)

Gaëlle Demelemestre est chargée de recherches au CNRS, affectée à l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM, UMR 5317 CNRS/ENS Lyon). Agrégée de philosophie, elle a soutenu en 2009 une thèse sur la conceptualisation et les métamorphoses du concept de souveraineté sur la période des XVIe et XVIIIe siècles.

Elle mène à présent des recherches sur la formalisation, le sens et la portée de la doctrine moderne du ius gentium élaborée par la seconde scolastique et l’humanisme juridique au XVIe siècle. Elle s’attache à mettre en lumière la façon dont ses promoteurs la développent pour résoudre les nouvelles difficultés auxquelles se heurtent les jeunes nations européennes, en la mobilisant pour trancher des débats relevant à la fois de la politique et de la géostratégie, du droit et de la philosophie. Ces recherches la conduisent nécessairement à approfondir plus largement les différentes doctrines juridique et politique du XVIe siècle, ainsi que l’interaction entre l’effort de théorisation et les événements internationaux de l’époque.

Ces recherches sont réalisées par une recontextualisation des différentes théories en présence, en se fondant sur des œuvres et des auteurs peu étudiés.

 

Parmi ses publications :

(liste des publications : https://cnrs.academia.edu/GaelleDemelemestre)

« Sens, portée et enjeu de la référence à l’unité du genre humain dans la doctrine classique du droit des gens », Renaissance, Humanisme, Réforme, n° 85, 2017, p. 95-136.

« Des relations entre les doctrines dominicaine et jésuite au XVIe siècle. Etude comparative des théories juridique et politique de Domingo de Soto et de Luis de Molina », Laval théologique et philosophique, n° 73/2, 2017, p. 181-207.

« La systématisation du droit et la théorie du ius gentium comme droit du genre humain chez François Connan », Revue historique de droit français et étranger, n° 3, 2016 [année de public. 2017], p. 413-438.

Qu’est-ce qu’une révolution ? Amérique, France, Monde arabe 1763-2015, en collaboration avec Hamit Bozarslan, Paris, Editions du Cerf, 2016.

« La théorie du droit de Diego de Covarrubias y Leyva », Revue d’histoire des Facultés de droit et de la culture juridique, n° 35, 2016 [année de public. 2017], p. 465-495.

« La réception de l’interprétation française des théories du droit naturel dans l’historiographie anglo-saxonne », Archives de philosophie du droit, n° 58, 2015, p. 387-422.

« Dominium et ius chez Francisco de Vitoria, Domingo de Soto et Domingo Bañez », Laval théologique et philosophique, n° 71, 2015, p. 473-492.

« Le droit cosmopolitique autorise-t-il un droit à la migration ? », Le cosmopolitisme juridique, O. de Frouville (dir.), Paris, Pédone, 2015, p. 397-429.

 

Présentation de : Clémence Revest (CNRS, Centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne)

Clémence Revest est chargée de recherches au CNRS, affectée au Centre Roland Mousnier (UMR 8596, Paris-Sorbonne). Agrégée d’histoire et ancienne membre de l’Ecole française de Rome, elle a soutenu en 2012 un doctorat en histoire médiévale de l’université de Paris-Sorbonne et de l’université de Florence. Depuis ses recherches pour le doctorat, centrées sur l’humanisme à la cour pontificale durant le Grand Schisme, elle s’intéresse, d’une part, au triomphe de la rhétorique classicisante au cours du XVème siècle (notamment dans les universités), d’autre part, à l’élaboration de la mémoire de l’humanisme depuis les origines du mouvement.  Elle a présenté et publié plusieurs travaux autour, entre autres, de l’enracinement de l’humanisme à la chancellerie pontificale, de la circulation européenne des mélanges rhétoriques « néo-cicéroniens », de la pratique oratoire à l’université de Padoue, des mythes de fondation de l’humanisme. Elle est également l’une des coordinatrices du programme de recherche « Hommes illustres » qui associe le Centre Roland Mousnier (Axe 3 du Labex EHNE), l’Ecole française de Rome, l’Université de Lyon II et l’Université de Florence (http://homillustres.hypotheses.org).

Parmi ses publications:

(liste des publications : https://www.academia.edu/30716297/LISTE_DES_PUBLICATIONS)

  • « Umanesimo, università e chiesa a Padova nei primi anni del dominio veneziano : l’orazione accademica di Gasparino Barzizza per Pietro Donato (1418) », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 49, 2016 (publ. 2017), p. 3-34.
  • avec F. Delle Donne (dir.), L’essor de la rhétorique humaniste : réseaux, modèles et vecteurs / La nascita della retorica umanistica : reti, modelli e vettori / The Rise of Humanist Rhetoric : Networks, Models and Vectors, dossier spécial des Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 128/1, 2016, URL http://mefrm.revues.org/2870, dont « Les discours de Gasparino Barzizza et la diffusion du style cicéronien dans la première moitié du XVe siècle. Premiers aperçus », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 128/1, 2016, p. 45-70, URL https://mefrm.revues.org/2996.
  • « Le creuset de l’éloquence. Rites universitaires, rhétorique humaniste et refonte des savoirs (Padoue, premier tiers du XVe siècle) », dans J. Chandelier et A. Robert (dir.), Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (XIIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome, 2015, p. 103-153.
  • « Le « second Mécène » : l’affirmation d’un lieu commun du patronage princier dans l’Italie humaniste », dans E. Crouzet-Pavan et J.-Cl. Maire Vigueur (dir.), L’art au service du Prince, Rome, Viella, 2015, p. 377-396 .
  • « La naissance de l’humanisme comme mouvement au tournant du XVe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 68/3, juillet-septembre 2013, p. 665-696, URL http://www.cairn.info/mon_panier.php?ID_ARTICLE=ANNA_683_0665.
  • « Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une étude de la rhétorique humaniste comme pratique sociale », Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 125/1, 2013, p. 219-257, url http://mefrm.revues.org/1192.

Présentation de : Michela Malpangotto

SYRTE, Observatoire de Paris, PSL Research University, CNRS, Sorbonne Universités

Mathématicienne de formation, Michela Malpangotto est actuellement chercheur au CNRS, habilitée à diriger des recherches. Elle est responsable du pôle d’histoire de l’astronomie du SYRTE à l’Observatoire de Paris, membre de l’Executive Committee of the International Commission on the History of Mathematics et membre correspondant de l’Académie Internationale d’Histoire des Sciences.

Ses recherches portent sur les commencements de la révolution scientifique, entre astronomie, mathématiques et humanisme aux siècles XVe-XVIIe. En 2016-2017 elle a été professeur invité sur un Fellowship de la Fondation Onassis à la FNRS d’Athènes. Ce séjour a donné vie au projet international Fécondité des échanges culturels. L’exemple de Bessarion qu’elle pilote avec Efthymios Nicolaïdis (Athènes).

Parmi ses publications récentes : Regiomontano e il rinnovamento del sapere matematico e astronomico nel Quattrocento (2008) ; « The original motivation for Copernicus’s research : Albert of Brudzewo’s Commentariolum super Theoricas novas Georgii Purbachii » in Archive for the History of Exact Sciences, 70/4, 361-411 ; Les Theoricae novae de Georg Peurbach: un ouvrage et sa diffusion (1454-1653) à paraître en 2018.

CV et liste des publications à l’adresse : https://syrte.obspm.fr/spip/science/histoire/membres-de-l-equipe/article/michela-malpangotto

Présentation de : Luigi-Alberto Sanchi (CNRS-Institut d’histoire du droit)

Luigi-Alberto Sanchi

Chargé de recherche au CNRS depuis 2007, habilité à diriger des recherches en 2016, Luigi-Alberto Sanchi est diplômé de Lettres classiques à l’Université de Bologne (éq. maîtrise, 1994), agrégé de grammaire (1998) et docteur en Sciences historiques à la Scuola Superiore di studi storici (2004, en cotutelle avec l’École Pratique des Hautes Études, IVe section). En poste depuis 2013 à l’Institut d’histoire du droit, unité rattachée à l’Université Paris Panthéon-Assas, il y organise avec Xavier Prévost le séminaire de recherche sur « L’Humanisme juridique » qui sera inauguré en janvier 2018. Il est par ailleurs membre du comité de rédaction de la Revue d’histoire des textes (Institut de recherche et d’histoire des textes et Éditions Brepols) dont il a été secrétaire de rédaction, et du réseau international Humanistic Greek, et vice-président de l’association Le Latin dans les littératures européennes, « ALLE ».

Ses recherches se concentrent sur les milieux savants parisiens au début du XVIe siècle, et en particulier sur les hellénistes, notamment  Guillaume Budé, à qui ont été consacrés plusieurs ouvrages : l’étude Les Commentaires de la langue grecque de Guillaume Budé (Droz, 2006), l’édition critique du Summaire et Epitome du livre de Asse en collaboration avec Marie-Madeleine de La Garanderie (Les Belles Lettres, 2008), celle du De Asse et partibus eius libri V (t. I, Droz, parution prévue en 2018), outre des articles et chapitres d’ouvrages en italien, français et anglais, et à la participation aux recherches dirigées par Jean-François Maillard pour les ouvrages La France des Humanistes. Hellénistes I (Brepols, 1999) et Hellénistes II (ibid., 2010). En 2015, il a organisé avec Olivier Millet, pour le Centre L.-V. Saulnier, le colloque international « Le Carrefour culturel parisien au tournant de 1500 » (actes publiés chez les PUPS en 2016). Un prochain colloque international, consacré à Guillaume Budé et organisé avec Christine Bénévent, Romain Ménini et Claude La Charité, est prévu pour les 3-5 mai 2018.